Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/152

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ô toi, douce concorde ! toi qui semblois fuir de nos contrées, obéis à la voix du monarque qui t’appelle ; viens entrelacer les bras de nos citoyens, & que, dans cette posture amicale, ils ne cessent de répéter les paroles de paix que ce prince a portées dans l’assemblée de nos représentans.

SOUS-AMENDEMENT : c’est un amendement à l’amendement. Voyez Amendement.

SUPPLÉANT : celui qui est envoyé par sa province pour suppléer ou remplacer un député en cas de morts ou de démission, ou même de défection ce qui n’est pas présumable.

Les suppléans assistent aux séances de l’assemblée dans une tribune qui leur est destinés. Ils y sont témoins oculaires & auriculaires, & rien de plus.

T.

TIERS-ÉTAT : lorsque la nation ou l’état, comme on le voudra dire, étoit composé de trois ordres, le troisieme ou dernier étoit le tiers-état. Il étoit formé de ce que les deux premiers ordre, le clergé & la noblesse, appelloient les vilains, & ces vilains c’étoit nous, ces vils enfans que Dieu avoit condamnés à manger le pain à la sueur de leur front, & à payer les violons à nosseigneurs toutes les fois que nosseigneurs l’ordonneroient ainsi. La volonté de Dieu s’est faite pendant une longue suite