Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/134

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

efforts pour se tapir dans ce fauteuil, se sont vengés de ceux qui l’ont occupé ou l’occupent avec distinction en essayant de les ridiculiser. Pour être président, ont-ils dit, on fera désormais preuve de force de poignet, parce que la sonnette est lourde, & qu’elle en faut autant que celui qui l’agite. Eh ! messieurs les railleurs, le renard des murs fut toujours l’emblême d’un sot gascon, dont les gascons mêmes se moquent ; personne n’est plus renard que vous, sur-tout depuis cette petite catastrophe qui vous est commune avec cet autre renard pris dans le piege dont parle la Fontaine.

PROCLAMATEURS : c’est le nom que doivent porter les colporteurs quand les municipalités seront organisées. Le nombre en sera fixé. Ils ne proclameront que les papiers qui leur seront indiqués par le comité de police, & ils auront une médaille où seront gravés les attributs de la liberté.

Proclamer : depuis la révolution, signifie crier, publier quelque chose.

Anecdote qui définit ce mot.

Un colporteur arrêté pour avoir crié l’ami du peuple, est conduit à la ville ; interrogé par le comité de police pourquoi il a proclamé cet écrit ? A répondu ne pas entendre ce qu’on lui demande ; on lui explique que proclamer veut dire crier dans les rues. — Messieurs, replique le colporteur, depuis que la proclamation des vieux chapeaux & de l’almanach de Liege ne va plus, je proclame des amis du peuple.

Il est vrai que dans l’ancien régime pro-