Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/133

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

puis le président jusqu’à l’huissier à verge. Mais la fortune qui avoit l’espiéglerie des aveugles, mettoit quelquefois l’ame d’un recors dans l’embrion destiné à la présidence, & celle du président dans l’embrion plébéien. Indè. La charge du premier-président, sur-tout celle du parlement de Paris, étoit la plus belle de la haute robe. Cette place étoit rarement vacante, quoique très-difficile à remplir[1].

Depuis la révolution, nous avons des présidens dans toutes nos assemblées nationales ou citoyennes. Ces places sont électives, & c’est presque toujours le mérite qui est élu.

La plus belle, la plus ambitionnée des présidences est celle de l’assemblée nationale. Les noms de ceux qui en ont été revêtus passeront à la postérité pour être prononcés avec autant de reconnoissance que de vénération. Ceux-là seuls à qui le fauteuil a été fatal, ceux-là seuls frémissent de l’immortalité qui sera pour eux le réveil des réprouvés.

Les aristocrates qui ont faits de vains

  1. On divise les gens de robe en haute & basse robe. M. Roubaud, qui a fait quatre gros volumes de synonymes, qu’il travaille à réduire à un, a soutenu, dit-on, que pour parler conséquemment, il falloit dire votre hauteur, au lieu de votre grandeur, en parlant à la haute robe. Si la remarque étoit adoptée, il faudroit donc dire aussi votre bassesse, en parlant à la basse robe. C’est à l’usage, qui a l’empire des mots, à prononcer sur ces innovations.