Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/124

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

tend, on s’embrasse. Les François n’ont point de fiel, & rarement ces coleres durent au-delà de la séance. Si cependant il arrivoit qu’il y eût de la rancune, & que l’opinant défiât le préopinant, ou celui-ci l’opinant, on en vient aux mains, mais la terre n’est point ensanglantée, & le génie de la France qui veille sur les opinans comme sur les préopinans, ne petmet que de légeres blessures. Voici quelles en sont les suites ; le Ferité [1] en est quitte pour garder son bonnet de nuit environ quarante-huit heures, pendant lesquelles les journaux ou ceux qui les vociferent lui font recevoir deux, trois, quatre coups d’épée, l’enterrent même ; on est inquiet d’abord, mais M. le président, qui est au courant, lâche un mot de fluxion sur l’œil ou vessicatoire. Il rassure, on se tranquillise, & le vessicatorié reparoît ; s’est est du côté droit, on l’embrasse, s’il est du côté gauche, on rit avec lui, & tout finit comme l’a dit ce drôle de Figaro.

OPINER : dire son avis, manifester son opinion dans une assemblée. Pour opiner avec succès, il s’agit moins d’avoir raison que d’être fortement empulmoné. Voyez Motion.

ORDRE : il se disoit autrefois des corps qui composoient l’état[2], depuis que l’é-

  1. Le blessé.
  2. Voyez Clergé, Noblesse, Tiers-état.