Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/116

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

par un honorable membre, soit à l’assemblée nationale, soit à celle de la commune ou dans les districts. Il y a aussi les fameuses motions du Palais, faites le plus souvent au céfé de Foy. Dans les premiers instans de la révolution, où l’on étoit enivré de liberté, on motionnoit jour & nuit dans ce forum républicain, d’où sont partis, pour s’armer & soutenir la bonne cause, des hommes courageux qui auroient pris la Bastille, quand elle auroit été vingt fois plus Bastille qu’elle n’étoit.

Faire une motion, c’est la mettre en avant pour être discutés, & ensuite admise ou rejettée. Il y a des motions qui ont été reçues avec transport, & d’autres qui ont été rejettées avec un improbation désespérante pour le motionnaire : cependant les gens qui hantent les tribunes remarquent dans ces occasions quel est le côté désapprobant, & sur ce, assoient leur jugement. Une motion porte le nom de celui qui l’a faite, & quand il y renonce ou qu’il s’en désiste, on dit : M. un tel a retiré sa motion.

Ajourner une motion. Voyez Ajourner.

On a remarqué qu’à l’assemblée nationale & dans les districts, ce sont presque toujours les mêmes honorables membres qui font les motions ; c’est que la nature les a organisés ad hoc, & qu’ils font usage des dons de la nature. Cependant ce ne sont pas ces orateurs-nés que nous devons le plus admirer, mais ceux qui courent la même carriere sans avoir reçu de la natu-