Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/114

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

glois, puisque nous sommes en train de leur en emprunter tant d’autres ?

MÉDAILLE PATRIOTIQUE : elle est portée par les ci-devant gardes-françoises & les braves citoyens qui ont été leurs compagnons d’armes à la prise de la Bastille, & dans toutes les occasions périlleuses où cette milice intrépide s’est trouvée. Cet ordre, qui est vraiment l’ordre civique, est le seul en France qui ait des chevalieres. Les principales d’entre les héroïnes qui ont été à Versailles le 6 octobre, en ont été justement décorées. Le civisme parmi les François ne connoît pas de sexe.

MEMBRE : un honorable membre, l’honorable membre ; c’est ainsi qu’on désigne à l’assemblée nationale & dans les districts un membre de l’assemblée dont on parle ou à qui l’on parle. Le mot de vénérable s’emploie aussi avec le substantif membre, par les individus d’une nombreuse corporation qui est en possession immémoriale de jouir du titre de vénérable.

MILICE : milice nationale, corps illustre à qui nous devons notre liberté, & qui, dès les premiers momens de son institution, s’est montré ce qu’il étoit ; ce corps sera sans doute le plus formidable de l’univers, puisqu’il offre 600,000 citoyens armés & prêts à voler au secours de la patrie en danger, & contre l’ennemi assez téméraire pour oser attaquer nos foyers. L’aristocratie, dont la milice nationale a abattu les mille têtes, a cherché à jetter du ridicule sur le tour gauche, dit-elle, de ces