Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/103

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

gleterre, des officiers nommés par le roi pour maintenir le bon ordre & la paix dans les bourgs & bourgades. Dans leurs assemblées de quartier ils jugent les causes civiles de leur district, & les criminelles lorsqu’elles ne sont point capitales. Un juge de paix a le pouvoir d’envoyer en prison celui qui, sur le serment de plusieurs personnes, s’est rendu coupable de quelque crime.

Lors de la nouvelle organisation du code judiciaire, nos bourgs & nos villages auront des juges de paix. Eh qu’ils nous viennent donc ces juges de paix dont nous avons tant besoin, disoit un aristocrate, le jour qu’on proposa ce plan ! s’ils eussent existé il y a un mois j’aurois encore mon château.

JURÉS : dans l’ancien régime, on entendoit par Jurés les officiers d’une communauté de marchands, qui couroient sus, ou saisissoient les malheureux chambrelans qui croyoient que, pour faite habit, veste & culotte, il ne s’agissoit que de prendre mesure & couper en conséquence ; mais qui, douloureusement trompés, perdoient par la saisie l’étoffe qui ne leur appartenoit pas, & à laquelle ils alloient faire prendre des formes plus proportionnés, peut-être, que n’auroient fait les saisissans. Cette tyrannie n’est plus, les gens à maîtrise qui ont payé des droits vont cesser d’en payer, parce qu’il n’y aura plus de maîtrise ; qui saura coudre, coudra ; qui chauffer, chauffera ; qui pou-