Page:Champollion - Lettres écrites d’Égypte et de Nubie en 1828 et 1829.djvu/82

Cette page a été validée par deux contributeurs.


roi le bloc a été tiré de la carrière ; la légende royale, accompagnée d’un titre qui fait connaître la destination du bloc pour Memphis, est gravée dans une aire carrée et creuse. J’ai recueilli sur divers blocs les marques de trois rois : Psammétichus II, Apriès, son fils, et Amasis, successeur de ce dernier : ces trois légendes nous donnent donc la durée de la construction de l’édifice dont ces blocs faisaient partie. Un peu plus loin sont les ruines du palais royal du fameux Salahh-Eddin (le sultan Saladin), le chef de la dynastie des Ayoubites ; un incendie a dévoré les toits, il y a 4 ans, et, depuis quelques mois, on démolit parfois ce qui reste de ce grand et beau monument : j’ai pu reconnaître une salle carrée, la principale du palais. Plus de 30 colonnes de granit rose, portant encore les traces de la dorure épaisse qui couvrait leur fût, sont debout, et leurs énormes chapiteaux de sculpture arabe, imitation grossière de vieux chapiteaux égyptiens, sont entassés sur les décombres. Ces chapiteaux, que les Arabes avaient ajoutés à ces colonnes grecques ou romaines, sont tirés de blocs de granit enlevés aux ruines de Memphis, et la plupart portent encore des traces de sculptures hiéroglyphiques : j’ai même trouvé sur l’un d’entre eux, à la partie qui