Page:Champollion - Lettres écrites d’Égypte et de Nubie en 1828 et 1829.djvu/65

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Nil ; l’un est le plus grand maasch du pays, et il a été monté par S. A. Mehemed-Ali : je l’ai nommé l’Isis ; l’autre est une dahabié, où cinq personnes logeront assez commodément ; j’en ai donné le commandement à M. Duchesne, en survivance du bon docteur Raddi, qui doit nous quitter pour aller à la chasse des papillons dans le désert libyque. Cette dahabié a reçu le nom d’Athyr : nous voguerons ainsi sous les auspices des deux déesses les plus joviales du Panthéon égyptien. D’Alexandrie au Caire, nous ne nous arrêterons qu’à Kérioun, l’ancienne Chereus des Grecs, et à Ssa-el-Hagar, l’antique Saïs. Je dois ces politesses à la patrie du rusé Psammétichus et du brutal Apriès ; enfin, je verrai s’il reste quelques débris de Siouph à Saouafé, où naquit Amasis, et à Saïs, quelques traces du collège où Platon et tant d’autres Grecs allèrent à l’école.

Notre santé se soutient, et l’épreuve du climat d’Alexandrie, qui est une ville toute libyque, est d’un très-bon augure. Nous sommes tous enchantés de notre voyage, et heureux d’avoir échappé aux dépêches télégraphiques qui devaient nous retarder. Les circonstances de mauvaise apparence ont toutes tourné pour nous ; quelques difficultés inattendues sont aplanies [1] :






  1. À la veille du départ, les firmans étaient presque re-