Page:Champollion - Lettres écrites d’Égypte et de Nubie en 1828 et 1829.djvu/492

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bonne santé. Par suite de cela, vous avez une dette à acquitter envers nous ; mais nos réclamations sont pour l’époque de votre heureux retour, lorsque nous vous reverrons dans la plus parfaite santé. Vous recevrez Salamé et Nicolas (deux serviteurs du mamour, l’un arabe, l’autre grec). Que le Dieu très-haut vous ramène sains et saufs, et puissions-nous vous revoir eux et Votre Excellence doués de la plus parfaite santé ; que le Dieu très-haut vous conserve.

Écrit le 3 de djoumadi premier de l’année 44 (ou 1244 de l’hégire, 14 novembre 1828 de J.-C.).

De la part de l’ami Mohammed, mamour de Tahta et de Djerdjé.

Le sceau porte : Mohammed son serviteur, c’est-à-dire Mohammed serviteur de Dieu.


Cette lettre qui est la traduction littérale du texte arabe, peut donner une idée du style épistolaire maintenant en usage eu Égypte. On a dû remarquer que le mamour donne à M. Champollion le titre de général. Sous un gouvernement despotique, et là où la force est tout, les distinctions militaires sont les premières de toutes, et il est naturel qu'on les prodigue à toute personne qu'on veut honorer. Voici le texte de la lettre, pour l'usage des orientalistes : nous le reproduisons avec les fautes qui sont dans l’original.