Page:Champollion - Lettres écrites d’Égypte et de Nubie en 1828 et 1829.djvu/451

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rale de mes conquêtes historiques en Nubie, et c’est à M. le duc de Blacas que j’en devais le premier hommage.

Cette lettre-ci te parviendra par M. le ministre de la marine, auquel je viens d’adresser quelques renseignements importants qu’il m’a demandés au sujet du transport de l’obélisque de Louqsor. Dieu veuille que cette belle entreprise s’achève ! cela serait glorieux pour tous et pour tout.

Rien de plus. Le lazaret est le pays de l’uniformité. Ma santé et celle de Salvador sont excellentes, malgré les vents, la pluie et la neige, et l’impossibilité d’avoir du feu à bord ; mais je passe une partie de la journée dans une mauvaise chambre du lazaret, où je puis faire du feu. Quelle opposition que ce mortel hiver avec nos cinquante degrés d’Ibsamboul ! Vous n’êtes pas mieux traités à Paris, et j’en grelotte d’avance ; mais enfin ce sera à Paris… Adieu.