Page:Champollion - Lettres écrites d’Égypte et de Nubie en 1828 et 1829.djvu/438

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VINGT-CINQUIÈME LETTRE.


Toulon, le 25 décembre 1829.

« Soyez sans inquiétude, tout ira bien ; » c’est en ces termes que je dis adieu à mes amis au moment de mon départ de Paris ; j’ai tenu parole, et me voici en rade de Toulon, subissant avec résignation le triste devoir de la quarantaine. Ma campagne est donc finie, et tous mes vœux et les vôtres sont remplis. C’est le 23 décembre, dans la rade d’Hyères, que l’ancre de l’Astrolabe mordit enfin sur la terre de France ; c’est le jour anniversaire de ma naissance ; au 1er janvier vous aurez ma lettre pour vos étrennes ; il ne manque donc à ma satisfaction que d’avoir en main vos lettres, qui m’attendent sans doute ici ; j’espère pour tout cela dans les bontés habituelles de M. le préfet maritime.