Page:Champollion - Lettres écrites d’Égypte et de Nubie en 1828 et 1829.djvu/339

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aperçoit aujourd’hui sont les dossiers des sièges de deux groupes colossals renversés et enfouis la face contre terre : j’ai manqué de moyens assez puissants pour vérifier le fait.

Quoi qu’il en soit, les tableaux sculptés sur ces masses effrayantes nous montrent toujours le roi Aménophis-Memnon, accompagné ici de la reine Taïa son épouse, accueillis par le dieu Amon-Ra ou par Phtah-Socharis ; et les deux inscriptions sont les textes expressément relatifs à la dédicace du Memnonium ou Aménophion aux dieux de Thèbes par le fondateur de cet immense édifice.

La forme et la rédaction de cette dédicace, dont j’ai pris une copie soignée, malgré une foule de lacunes, sont d’un genre tout à fait original et m’ont paru très-curieuses. On en jugera par une courte analyse.

Cette consécration du palais est rappelée d’une manière tout à fait dramatique ; c’est d’abord le roi Aménophis qui prend la parole dès la première ligne et la garde jusqu’à la treizième. « Le roi Aménothph a dit : Viens, ô Amon-Ra, seigneur des trônes du monde, toi qui résides dans les régions de Oph (Thèbes) ! contemple la demeure que nous t’avons construite dans la contrée pure, elle est belle : descends du haut du ciel pour en prendre possession ! » Suivent les