Page:Champollion - Lettres écrites d’Égypte et de Nubie en 1828 et 1829.djvu/203

Cette page a été validée par deux contributeurs.


terminés. Tout est encore ici de l’époque grecque : le grand temple est cependant d’une très-belle architecture et d’un grand effet ; il a été commencé par Épiphane, continué sous Philométor et Évergète II ; quelques bas-reliefs sont même du temps de Cléopâtre-Cocce et de Soter II. Ce grand édifice, dont les ruines ont un aspect très-imposant, était consacré à deux Triades qui se partagent le temple, divisé, en effet, longitudinalement, en deux parties bien distinctes, l’une passant presque toujours dans des massifs de la construction. Sévek-Ra (la forme primordiale de Saturne, Kronos) à tête de crocodile, Hathôr (Vénus), et leur fils Khons-Hôr, forment la première Triade. La seconde se compose d’Aroëri, de la déesse Tsonénoufré et de leur fils Pnevtho ; ce sont les dieux seigneurs d’Ombos, et le crocodile que portent les médailles romaines du nome ombite est l’animal sacré du dieu principal, Sévek-Ra.

La femme de Philométor, Cléopâtre, porte, dans les dédicaces et dans les cartouches sculptés sur la corniche du pronaos, un surnom qui ne peut être que le grec Tryphoene ou Dropion ; mais la première lecture est plus probable ; il est répété trente fois, et il est impossible de s’y tromper.

Le petit temple d’Ombos était, comme l’un de ceux de Philae et le temple d’Hermonthis, un