Page:Champollion - Lettres écrites d’Égypte et de Nubie en 1828 et 1829.djvu/153

Cette page a été validée par deux contributeurs.


piliers-colonnes doriques primitifs, à montants et portes en grès ; c’était le grand temple de la ville égyptienne de Béhéni qui exista sur cet emplacement, et qui, d’après l’étendue des débris de poteries répandus sur la plaine aujourd’hui déserte, paraît avoir été assez grande. Ce fut sans doute la place forte des Égyptiens pour contenir les peuples habitant entre la première et la seconde cataracte. Ce grand temple était dédié à Amon-Ra et à Phré, comme la plupart des grands monuments de la Nubie. Voilà tout ce qui reste à Ouadi-Halfa, et c’est plus que je n’attendais à la première inspection des ruines.... C’est de ce lieu que je vous adresse mes souhaits d’heureuse année… Je vous embrasse tous à cette intention.



À M. DACIER.


Ouadi-Halfa, à la 2e cataracte, 1er janvier 1829.

Monsieur,

Quoique séparé de vous par les déserts et par toute l’étendue de la Méditerranée, je sens le besoin de me joindre, au moins par la pensée, et de tout cœur, à ceux qui vous offrent leurs