Page:Chadourne - L’Amour et le Sablier, 1921.djvu/25

Cette page n’a pas encore été corrigée


Vertiges

Du corps que mes bras ont tenu,
Des yeux de larmes embués,
Et des lèvres que j’ai mordues,
Que me reste- t-il aujourd'hui ?