Page:Chadourne - L’Amour et le Sablier, 1921.djvu/23

Cette page n’a pas encore été corrigée


Instant


Je voudrais que notre amour
Pût tenir en une parole :
Je la redirais jusqu’à l’aube.

Je voudrais qu’il fût immobile
Infini comme la ligne
Qui sépare le ciel de la mer.