Page:Chadourne - L’Amour et le Sablier, 1921.djvu/20

Cette page n’a pas encore été corrigée


Penché sur mille rumeurs,
Je suis au cœur de la ville
Bourdonnante de clarté,
Une cellule qu’épuise,
Perfide et sûre, l’attente.

J’attends : le monde se rythme
Sous le bélier de mes tempes.
L’Été des rues solitaires
— Désir, angoisse et silence —
Se fige comme un bloc d’or.

Avant même qu’invisible
Ta main n’effleure la porte
Je sentirai sur ma bouche
Le souffle de ta présence,

Comme on devine la mer.