Page:Chadourne - L’Amour et le Sablier, 1921.djvu/19

Cette page n’a pas encore été corrigée



III


Toute l'âme réfugiée
Vers la vitre, où se consume
La flamme haute du jour,
J’écoute en la solitude
Mon sang qui bat à coups sourds