Page:Chadourne - L’Amour et le Sablier, 1921.djvu/17

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


II


Seront-ils le terme d’un songe,
Ces feuillages où l’Aventure,
Comme l’eau, le désir ou l’ombre,
A glissé sans regret de lune ?

Ces arches creusées de lueurs.
Ces barques lourdes de désirs.
Le soir penchant sur les eaux calmes
Un visage de souvenir ;