Page:Cazenave - De l'hydrothérapie en vétérinaire.djvu/28

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


articulations reprennent leur souplesse, les tissus se raffermissent et la fatigue disparaît promptement.

Mais c’est surtout sous forme de pédiluves que les bains sont usités chez le cheval et les autres grands quadrupèdes. La plupart des maladies des pieds sont facilement guéries par ce moyen. la fourbure quelque grave qu’elle soit, guérit promptement si on a soin de tenir les pieds du malade pendant un temps convenable dans une eau courante ; ayant au préalable pratiqué une saignée suffisante. Les foulures de la sole, les molettes commençantes, les bleimes sèches, les accidents de ferrure, en un mot tout ce qui peut amener dans les parties intracornées un commencement de congestion ou d’hypérémie quelconque, peut céder à l’emploi de l’eau comme pédiluve.

Les bains naturels composés ou bains de mer ont été très peu employés en vétérinaire. Cependant dans les localités avoisinant la mer on pourrait en retirer de grands avantages. Car leur action tonique si bien connue justifierait assez leur préférence sur les bains d’eau douce. Les bains thermaux ont été plus employés que les précédents et ont toujours donné d’excellents résultats. Depuis longtemps les étalons des dépôts de Tarbes et de Pau sont dirigés vers les établissements thermaux, lorsqu’ils rentrent fatigués et amaigris par le service de la monte. Les eaux minérales tant en bains qu’en boissons ont été employées avec succès dans la maladie du coït, dans un bon nombre de maladies chroniques, telles que bronchites, paraplégie des chiens, arthrite, gastro-entérite, etc. MM. Papin et Mariol-Didieux les ont recommandées pour