Ouvrir le menu principal

Page:Cazenave - De l'hydrothérapie en vétérinaire.djvu/25

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Par l’emploi de l’eau comme agent résolutif, le sang chassé de la périphérie, y revient avec violence, la région rougit, s’échauffe progressivement et bientôt se couvre d’une transpiration abondante, dés lors la résorption interstitielle s’opère, il se produit une véritable action fondante si utile dans une foule de maladies des membres ; tels que : engorgements et phlegmons chroniques, tumeurs molles, squirrheuses, épanchements séreux sous-cutanés, exostoses récentes, indurations en général, Quelquefois cette méthode est insuffisante ; alors on a recours à deux moyens complémentaires fort simples. On peut faire alterner les applications d’eau froide avec des applications d’eau chaude, et de cette façon provoquer plus sûrement une réaction énergique. On pourrait aussi dans quelques circonstances, obtenir cette réaction en faisant au préalable sur les tissus enflammés chroniquement ou indolents une ou plusieurs applications vésicantes destinées à réveiller la vitalité dans les parties malades.


CHAPITRE IV


ADMINISTRATION LOCALE DE L’EAU FROIDE

L’eau-médicament est administrée à l’extérieur sous les formes les plus variées : en douches, en bains, en lotions, en