Ouvrir le menu principal

Page:Cazenave - De l'hydrothérapie en vétérinaire.djvu/17

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


détermine une sensation de froid manifestée le.plus ordinairement par de légers frissons. C’est sans doute par sympathie que se produit ce dernier phénomène, car l’application locale du froid ne produit pas l’abaissement sensible de la température générale du corps. Citons à ce sujet une des expériences de M. Fleury.

« La température de l’air atmosphérique étant de 16° ; La température de mon corps, prise sous la langue, étant de 38° ;

La température de ma main étant de 35° 4. Je plonge celle-ci pendant trente minutes dans l’eau, dont la température est maintenant à 15°

Au bout de ce temps, la température générale de mon corps n’a point changé, mais celle de ma main est descendue de 35°4 à 16°5.

Laissant alors ma main exposée à l’air et dans le repos, voici les modifications successives que subit la température.

Au bout de 10’ 18° ;
id. 30’ 19° ;
id. 40’ 20° ;
id. 55’ 21° ;
id. 4h.40’ 22° ;
id. 2h.05’ 23° ;
id. 3h.00’ 35°4.

Ce n’est donc qu’au bout de trois heures que la température de ma main, abaissée de 19° par une immersion d’une demi-heure, revient à son degré primitif. »

Sous l’influence de l’eau froide, les capillaires sanguins se resserrent, le sang reflue vers les gros vaisseaux. Par