Page:Cazenave - De l'hydrothérapie en vétérinaire.djvu/16

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Les eaux douces renferment toujours de l’azote, de l’acide carbonique, quelquefois un peu d’iode, de l’ammoniaque ; elles renferment en outre des sels de chaux, de soude, de magnésie, d’azotate de potasse. Ce dernier sel est toujours subordonné à la constitution géologique de la contrée.


Propriétés physiques.


L’eau se montre dans la nature sous trois formes différentes : à l’état solide, liquide et gazeux. Aussi jouit-elle des propriétés les plus variées, selon qu’elle est sous l’une ou l’autre de ces formes ; ou bien que sous la forme liquide elle est froide, fraîche, chaude ou bouillante ; selon aussi son mode d’administration, la dose ingérée et la durée de l’application.

L’eau solide passe à l’état liquide et celle-ci à l’état de vapeur sous l’influence d’une certaine quantité de calorique qu’elle absorbe. Mais cette absorption de calorique se fait toujours aux dépens des corps avec lesquels l’eau a été mise en contact. C’est sur ce principe que repose presque exclusivement la médication réfrigérante qui nous occupe. Car, c’est en enlevant une partie de calorique sur les points enflammés que cette médication produit ses effets curatifs.


Propriétés physiologiques.


L’eau froide n’agit que par sa température qui est au-dessous de celle de l’économie ; son application sur la peau