Page:Castets - La Chanson des quatre fils Aymon, 1909.djvu/413

Cette page a été validée par deux contributeurs.
417
les quatre fils aymon

.[x][1]. somiers vos donrai, qui tot [sont][2] ambleor,
Cargiés d’or et d’argent, ains hom ne vit mellor. »
« Volentiers, dist li rois, par Deu le creator,
4065Se Renaus le me loe et mi autre contor. »
Li baron s’acorderent à l’entrer de Pascor.

M.108A l’entrer des Pascor sunt li prince acordé.[3]
Beges, li Sarrasin, a ostage livré.
Li rois Yus de Gascogne li a congié douné
4070Et li bers s’en torna ; si a o lui mené
[.x.][4] de ses chevaliers del mies de son barné ;
Entresi q’à Tolose ne [se][5] sunt aresté.
Il a pris .x. somiers qui furent [sejorné][6] ;
De fin or et d’argent a bien cascun torsé[7].
4075Li rois les envoia à Bordiax, le cité,
Et li bers les reçut volentier et de gré ;
Le mains retint à soi, le plus en a doné.
Mais de ce fist Renaus que molt grant nobleté,
Que onques n’en volt prendre .ii. deniers moneé ;
4080Ains a servi le roi que tint[8] en grant certé.
Ce fu el mois de Mai, à l’entrée d’esté,
Que florissent li bois et raverdissent pré
Et cil oisié cantoient parmi le bois ramé,[9]
Que Renaus et si frere sunt par mati[n][10] levé,
4085En la fores d’Ardene en sunt [chacier][11] alé ;

  1. 4062 L .c. A .x. L donne d’ailleurs ce chiffre plus raisonnable au v. 4073.
  2. 4062 A sont. Manque à L.
  3. 4067 À partir de ce vers qui est le quinzième de la colonne A du f. 12, verso, le couteau du relieur a retranché les initiales.
  4. 4071 La lettre manque. A M Metz donnent .x. Michelant. c. A des mieux. M que il a moult amés.
  5. 4072 L ne sunt. M ne se sont. A ne s’i est.
  6. 4073 L sorjorné. A M sejorné.
  7. 4074 B trossé. M troussés.
  8. 4080 L de que tint,
  9. 4083 M Et chil oiseillon chantent dedens, B que li lourseignor cante aval le bois ramé.
  10. 4084 L mati. A M B matin.
  11. 4085 L casou. P En la forest d’Ardane en sont chacier alé, B C En la forest d’Argonne sont en gibier alé. M En la forest parfonde en sunt cachier alé. — Pour le trouvère, il n’y a plus qu’une forêt, celle d’Ar-