Ouvrir le menu principal

Page:Carré, Battu - Le mariage aux lanternes.djvu/9

Cette page a été validée par deux contributeurs.



GUILLOT.
Et la soupe est-elle trempée ?
As-tu mis au grenier la luzerne coupée ?

DENISE.
Oui, mon cousin.

GUILLOT.
Trouverai-je enfin, je te prie,
Tout en ordre en rentrant dans notre métairie ?

DENISE.
Oui, mon cousin.

GUILLOT.
Alors, tu dois être contente ?
Pourquoi donc n’as-tu plus la mine souriante ?
Que dirait l’oncle Mathurin
S’il te voyait, etc., etc., etc.
II

GUILLOT.
Tu ne fais rien depuis deux heures
Eh bien !… en vérité, l’on dirait que tu pleures !

DENISE, s’essuyant les yeux.
Non, mon cousin.

GUILLOT.
Ne suis-je pas la bonté même ?
Et, pour toi, ma douceur n’est-elle pas extrême ?

DENISE.
Si, mon cousin.

GUILLOT.
Alors, tâche donc de me dire
Pourquoi jamais chez nous l’on ne te voit sourire ?

DENISE.
Dame, mon cousin.

GUILLOT.
Allons, j’entends que tout de suite
Tu sois gaie, et je veux te voir rire au plus vite,

DENISE, souriant.
Oui, mon cousin.