Page:Carnet de guerre n° 3 d'Alexandre Poutrain.pdf/57

Cette page a été validée par deux contributeurs.


une serviette volumineuse et m’emmène rue de Boyelles.

Un intendant s’était niché dans une maison d’ouvriers. Il est seul à une table encombrée de papiers.

Il s’agit encore une fois de l’adhésion au groupement des Bons Communaux.

L’intendant essaie d’abord la manière douce : il est aimable, flatteur, puis brusquement devient menaçant, violent. Quand il est fatigué, il regarde le commandant d’un air qui semble dire : « marche donc, parle à ton tour. »

Le commandant ouvre sa serviette, sort à moitié une liasse de papier : « Mr le maire tous vos collègues ont signé ; — Ça m’est égal. — Je vais vous montrer leur signature. — Vous pourriez me montrer leur signature, sans me convaincre qu’ils ont donné leur adhésion. » Il ne m’a rien montré.

Enfin au bout d’une heure, l’-