Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/96

Cette page a été validée par deux contributeurs.


donnent eux aussi leur acquiescement à cette délibération. Dès qu’elle est transcrite, ils la signent. On peut voir dans les archives communales, sur le registre de délibérations de cette époque la grande signature de Shienfeld qui occupe presque tout le travers de la page.

Deux jours plus tard, ce commandant quitte Croisilles.

Son successeur s’installe chez Mme Jules Sauvage.

La farine que je ramène de Quéant est magnifique. Les Américains nous gâtent. Nous recevons des petits sacs de vingt kilos. La toile qui envelloppe cette farine, est aussi blanche aussi fine que le contenu. Mais nous ne recevons que cent soixante quinze grammes de pain chaque jour.

Les envois ultérieurs ⁁de farine arriveront dans des sacs de cent kilos.

Au second voyage, Michel m’accompagnait, nous recevions du riz, des lentilles. Peu à peu les denrées augmentent