Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/83

Cette page a été validée par deux contributeurs.


maris sont mobilisés et deux petits enfants. À Douai, les bouchers ont presque toujours de la viande de cheval, de loin en loin une vache. Ils Les habitants sont plus privés de pain que de viande. Cet hotel-restaurant se trouve au coin d’une rue sur la petite Place, qui fait suite à la Grand’Place, vers la Porte de Valenciennes. On se trouve près de la gare.

Quand Milon et moi revenons le soir à l’hotel, la dame nous dit : « Je suis forcée de vous rationner de pain, on dit que demain nous n’en aurons pas. »

Nous partagions le même lit.

Vers minuit nous sommes réveillés par un grand fracas, un bruit retentissant de ferrailles qui résonnent longuement. Nous courons ouvrir la fenêtre, nous voyons passer l’avion qui a lancé une bombe sur la gare à notre gauche. Une seconde bombe tombe sur le boulevard à droite et une troisième plus loin. Le bruit de ces deux ⁁derniers éclatements