Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/71

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le commandant me félicite de nouveau sur mon intelligence d’accepter un laissez-passer sans cachet. Puis me dit : Suivez moi.

Je vois une centaine d’hommes alignés au milieu dans la rue. Le commandant me place au milieu, et cause avec un autre officier, il traine. Je constate qu’il m’observe. Il espère sans doute lire une peine, un ennui sur ma figure. Je bavarde avec mes voisins.

Enfin le commandant commence au bout de la ligne à ma droite. Il interroge chaque homme sur sa profession, ses aptitudes à divers emplois. Deux scribes inscrivent les réponses.

Lorsqu’il ne reste que trois ou quatre hommes à interroger à ma droite, le commandant allume un cigarre, cause, puis va recom-