Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/66

Cette page a été validée par deux contributeurs.


moi les vidons dans des sacs et les transportons dans la courette. Pour plus de sécurité, nous remontons par le froyer et descendons par le jardin. Il fait tellement sombre que nous avons dû mettre des torchons, des mouchoirs blancs sur les groseilliers pour nous guider dans les allées.

Quand les pommes de terre sont enlevées, il reste, dans la cave, deux caisses de vin (l’une contient ce vin de 1870.) Nous avions décidé de les y laisser, ne sachant où les cacher.

Nous aménageons au dessus du couvert ⁁de la cave une niche et y mettons une poule à couver des œufs cuits durs. De cette façon la poule couvera longtemps, et si les circonstances s’y prêtent, apres le son temps d’incubation, nous en mettrons une autre. ⁁Au début Nous n’avions pas fermé la porte à clef, pour ne pas