Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/6

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il nous fallait du blé pour semer.

Beaugé et Broyez avec Victor ont battu au fléau, durant près de deux mois, le blé qui restait dans les deux tas pres de la batteuse.

Chaque jour, ils vannaient le grain. Quand il se trouvait un officier dans la cour, ils allaient vider les sacs dans le grenier au dessus du poulailler. C’est à ce tas que nous prenions le blé pour de semence pour nous et les cultivateurs qui en désiraient. Mais en toutes circonstances favorables, nous transportions ce blé dans une petite remise aux rames à pois, au fond du jardin, ⁁derrière les noisetiers. Les derniers sacs de ce lot furent découverts au mois d’Aout 1916. Il en restait une dizaine. Le plus gros lot fut caché dans la courette, principalement au dessus des petits poulaillers qui étaient voutés. Nous dûmes pour cela dégager