Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/5

Cette page a été validée par deux contributeurs.


il était employé mobilisé au chemin de fer en résidence à Marquion.

Le reliquat de la contribution de guerre va rester en suspens durant plusieurs mois.

Chez Godart, un jour, nous tenons conseil. Devons-nous semer du blé ? ou bien, nous abstenir.

La discussion fut ardente. Chacun soutenait sa thèse avec une égale énergie. Les uns disaient : « nous devons semer : les français viendront nous délivrer au printemps, et la France aura besoin de blé. Les autres disaient que nous ne devions pas nous exposer à semer du blé pour le roi de Prusse.  » Je ⁁l’ emportais mon avis en disant : qu’en semant nous donnions à la population la meilleure preuve de notre confiance absolue en la victoire. Nous soutenions son moral. Et les allemands constataient que nous n’étions nullement déprimés.