Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/49

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le lendemain, je pensais en pensant à cette scène, je me reprochais de m’être faché. Si j’étais resté calme, j’aurais peut-être pu conserver ces deux bêtes.

À quelques jours de là, je revis ce sous-officier, je lui rappelais son engagement. Il a ramenéa une vache quelleconque à Démiautte.

Un soldat venait chaque matin vers neuf heures, il restait dans la cour jusqu’au moment de voir Eugénie. Il la regardait avec une expression affectueuse d’une tristesse infinie. Quand Eugénie, qui avait dix ans, rentrait à la maison, cet allemand partait en pleurant. Je le fis suivre, il logeait au bout de la rue St Leger. Évidemment Eugénie rappelait sa propre fille à ce soldat.

Jules Sauvage était tres déprimé par l’invasion, il se tourmentait beaucoup, il avait le moral ébranlé, il mourut subitement.