Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/47

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ques mètres de l’officier. Ce dernier s’avance vers l’enfant, souriant et la main tendue, en disant : « petit, petit. » Joseph se met à courir, les mains derrière le dos. Quand il a dépassé l’officier, il se retourne vers lui en disant : « Nix. »

L’officier logé dans la chambre sur la cour, suivait ce manège. Il dit trois ou quatre mots que j’ai interprêtés ainsi : encaisse mon vieux !

Le cavalier est parti aussitot.

Je fus pris de regrets, je me reprochais ma dureté envers cet officier lui. En agissant ainsi, je l’indisposais contre les français. Mais j’étais encore sous l’impression de la scène de la veille. Notre vis-à-vis, Mlle Berthe Demiautte (aujourd’hui Mme Bulcourt) vient me chercher : un sous-officier et deux soldats enlèvent deux vaches au début de la lactation.

Les soldats arrivaient à la sortie