Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/42

Cette page a été validée par deux contributeurs.


picerie, qu’il n’est pas admissible qu’un seul fasse du commerce dans les circonstances actuelles. On demande une épicerie municipale.

Quand j’aborde cette question à la réunion chez Godart, je me rends compte que Morel n’a été que le porte-parole de ces Messieurs. On me parle également de cette question dans le village.

J’en informerai Mr Pagniez dimanche en présence de Mr le Curé de St Léger, car je désire avoir un témoin de notre entretien.

Nous avons toujours le commandant Haverbeck, il m’envoie chercher avant l’heure habituelle d’ouverture du bureau. Il me fait entrer dans la salle à droite. C’est la seconde fois que j’y pénètre, la carte avec le chiffre des populations est encore au mur.

Voici que le commandant placedispose