Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/35

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pu conserversoustraire à cette tentative. Dès que le soldat est engagé dans l’escalier, Joséphine tire violemment ce matelas ; le soldat perd l’équilibre, lache le matelas et descend l’escalier plus rapidement qu’il ne voudrait. En voyant l’attitude énergique de Joséphine en haut de l’escalier, il n’est pas remonté. Ils Les soldats n’étaient que deux ce jour là, l’autre fouillait les pièces du bas pour perquisitionner.

J’étais souvent requis par les habitants pour réclamer ces objets ou tout au moins un bon. Le commandant se moquait de moi, me demandait le nom du soldat qui avait commis ce larcin. Certains officiers remettaient au soldat un bon pour l’habitant. Grandy nous traduisait ces bons : quand ils n’étaient pas obscènes, ils étaient moqueurs.

Mr Henrioud était originaire de la Suisse. Il avait épousé une jeune fille de Croisilles. Son fils Jean, qui a sept ans,