Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/3

Cette page a été validée par deux contributeurs.


« Apportez voir », me disent-ils.

J’ai trouvé quelques titres de non valeurs, tels que Névada et autres ; mais je dus compléter la somme par quelques titres de rente. Je n’eus pas le talent de leur faire admettre qu’un titre de rente de cinquante francs, équivalait à une somme de mille francs. Par contre ils inscrivaient dans la colonne de l’addition les sommes inscrites sur les actions de Nevada et autres rossignols. Je voulus reprendre les titres de rente, promettant de compléter en numéraire le plus tot possible.

Il était intéressant de voir leur embarras. Finalement, ils conservent tous ces papiers, ils vont les transmettre à leur supérieur.

Quelques jours plus tard, ils me rendent ces titres, ils exigent de l’argent. Le commandant Boots est en rapports avec ces intendants, le brave homme me propose de me conduire, dans son auto à Cambrai,