Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/266

Cette page a été validée par deux contributeurs.


fauteuil dans sa grande salle à manger. Il est presque dix neuf heures, une dizaine d’officiers debout, répartis dans la salle causent entr’eux. Mon arrivée suscite une vive curiosité. J’aborde Mme Forgeois au milieu d’un silence profond. Je lui dis que je veux faire une enquête sur le fonctionnement du ravitaillement. Mme Forgeois me parle tres bas, elle a mal à la gorge, dit-elle, elle attire ma chaise pres d’elle. Quant à moi, je parle haut pour que les allemands puissent suivre notre conversation. Dès que j’ai posé quelques questions, les officiers reprennent peu à peu leur conversation. Bientot j’interroge ravitaillement, elle me répond en m’expliquant sa cachette. À ce moment je répète les qu réponses qu’elle est supposée faire à mes réponses questions. Ce dialogue est