Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/26

Cette page a été validée par deux contributeurs.


qu’il en sort.

Je vais trouver Jules Sauvage, nous établissons un barême de prix à l’hectare pour toutes les denrées ; un prix moyen pour tous les bestiaux. Nous revenons à la maison avec toutes les données. Quand les additions des contenances seront faites, nous n’aurons qu’à multiplier par le prix unitaire. Nous vérifions que les superficies réclamées ne sont pas supérieures à la superficie du terroir. Nous avons comptées les betteraves. Nous arrivons au chiffre de un million. Nous sommes tous extrêmement surpris. Mr Grandy me dit : « Vous n’aurez pas le culot de réclamer cette somme ? » Je lui réponds simplement : « puisque nous l’avons trouvée. »

Le commandant ne s’attendait pas à cette réclamation. Il lève le bras en s’écriant « pas possible ! »

Je lui rappelle qu’au début de l’invasion des voitures, des caissons serrés les