Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/257

Cette page a été validée par deux contributeurs.


et moi empruntons la route de Bullecourt, puis de Bapaume à Douai.

En arrivant à Gouy-sous-Bellonne, Joéphine reconnait devant nous, Mme Doré. Cette dame est une religieuse séculari ursuline, sécularisée, du Pensionnat Jeanne d’Arc, d’Arras. Joséphine l’appelle, cette dame retourne à Douai, elle monte avec nous au haut du siège de notre camion de brasseur. Mme Doré réside à Douai. De temps en temps elle obtient un laissez-passer pour venir voir Mme Ropion qui, elle aussi, est une religieuse sécularisée du même pensionnat Jeanne d’Arc. (Je ne me rappelle plus par suite de quelles circonstances, ces deux dames se trouvent l’une à Gouy, l’autre à Douai).

À l’entrée de ce village, sur un long parcours, il n’y a des maisons que sur le coté gauche