Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/24

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ficheux, où loge un docteur allemand. Je dis à ce docteur que Warnier a eu la jambe cassée à deux places, qu’il boite réellement, qu’il a été réformé. — Je vais voir, me dit-il. Il emmène Warnier dans sa chambre. Lorsqu’ils descendent, ce docteur il me dit : « Il est exact que ce Mr a eu la jambe cassée, qu’il est boiteux, mais cela ne l’empêche pas d’être apte à faire un service armé. Si c’était un allemand, je le prendrais bon pour le service. » Il remet ce certificat au soldat, et nous partons à la commandature. Nous avons la chance de croiser Mr Boots dans la rue. J’avance vivement : « Mr le commandant, je vous assure que cet homme a eu la jambe cassée, qu’il a été réformé. — Vous, je vous crois, dit-il, mais lui je ne devais pas le croire. » Sans même prendre le certificat que le soldat tient en main, il lui ordonne de relâcher Warnier.