Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/231

Cette page a été validée par deux contributeurs.


adhésion ; vous serez contraint de signer. »

« Mr le commandant vous ne ferez pas cela, dis-je, ce serait peine perdue. Je vous affirme que si vous arrêtez ces messieurs, on montera la garde devant ma maison ; dès que l’une de ces dames paraîtra, on fermera ma porte à clef, je ne la recevrai pas. Ces dames ne pourront jamais me parler. »

Le commandant ne les a pas arrêtés.

Il avait trouvé un bon moyen : il n’a pas persévéré.


Vers cette époque, au cours d’un voyage à Douai, Legrand m’apprend que les soldats préposés au service de la gare, recouvrent les plaques indiquant Douai, par des plaques au nom d’Arras, chaque fois qu’il arrive des troupes par la voie ferrée. En outre, ces allemands ne descendent pas à Douai, ils continuent à rouler jusque deux ou trois