Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/228

Cette page a été validée par deux contributeurs.


dans l’ensemble réussit, car il pleut souvent.

Au-delà du chemin de Boyelles, les allemands sèment de l’avoine, mais ils doivent laisser inculte, un tiers du terroir.

Brusquement, durant les derniers jours de semis d’avoine, les allemands mélangent dans le grain des quantités de graines d’herbe de toutes provenances.

Si les allemands avaient été certains de conquérir notre région, ils n’auraient pas semé cette herbe.

Les officiers ne se rendaient pas compte qu’en agissant de cette façon ils soutenaient notre moral.


Mr Bordier, instituteur à St Martin, arrive au ravitaillement. Il nous informe que le commandant a fait mettre Mr le maire en prison, pour refus d’adhésion au groupement des Bons Communaux. Je lui réponds : « Vous direz à Mr Soualle que je lui