Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/204

Cette page a été validée par deux contributeurs.


toujours refusé cet abonnement et l’avons évité.

Cependant quelques personnes, en nombre tres restreint, recevaient la gazette directement de la commandature. Nous ne tardions pas à les connaître au fléchissement de leur moral.

Notre petit groupe : Milon, Morel et consorts avons redoublé d’activité aupres des habitants, pour lutter contre ce journal.

Nous adressions aux personnes qui le recevaient des remontrances parfois bien sévères. Ces malheureux nous répondaient : « Nous sommes tellement isolés ! nous ne savons rien des événements. — Croyez-vous savoir quelque chose, après avoir lu ces articles, qui ne sont qu’un tissu de mensonges, écrits pour nous démoraliser ? — Je comprends que vous avez raison, mais que voulez-vous ? Et si