Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/201

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Bientot nous voyons que ces bonbonnes sont de plus en plus abondantes et qu’elles précèdent des combats plus violents sur le front.

Ce cognac est donc destiné à renforcer la valeur combative des allemands.

Il nous suffit de dire aux soldats : « Les officiers sont contents de vous, ils vous font venir beaucoup de cognac. » Ils répondent : « Oh, Mr pas bon cognac. Bientot grand combat. Malheur, malheur la guerre. »


Jusqu’à présent, nos chevaux étaient en pâture, mais l’herbe ne pousse plus, n’est plus nourrissante : il faut les rentrer.

Notre grange est pleine de foin, un tas regorge d’avoine ; et depuis le dépot de l’avoine, nous n’avons jamais vu le feldwebel venir inspecter la grange. N’y a-t-il pas des cadenas de sureté ?

À l’endroit du manège, le trou