Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/188

Cette page a été validée par deux contributeurs.


de l’habitant, il ne sait que répéter : « Kommandantur. »

La Commandature refuse de donner un bon de réquisition. Elle se moque parfois du réclamant lorsqu’elle demande le nom du soldat qui a enlevé l’objet.

L’épuisement complet du cheptel survint par les mêmes procédés dans le courant de l’été 1916. Nous n’avions plus le droit de manger nos lapins. Il y avait plusieurs mois que nous n’avions plus le droit de tuer une poule. Losqu’une volaille mourrait, on faisait constater le fait à la commandature pour ne payer l’amende. Les allemands conservaient ces volailles, car ils se sont aperçus que nous les tuions pour les manger.


Au début d’une apres-midi, tous les hommes sont convoqués à la sucrerie. À l’appel de