Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/18

Cette page a été validée par deux contributeurs.


« Monsieur le maire, tout de suite à la commandature pour une chose tres grave. Retirez-vous, et je me lèverai. » Ils s’écartent un peu, mais reviennent aussitot : ils ont peur que je me sauve.

Rose vient à la fenêtre me regarder partir entre ces deux soldats, baïonnette au canon. Elle était très impressionnable, se tourmentait beaucoup.

Le commandant m’attend dans la rue, en face de la ferme Derœux. « Suivez-moi. » Nous entrons dans la pature au delà de la ferme. Nous longeons le mur de cloture le long du village. À un endroit un veau écorché est suspendu à une poutre appuyée contre le mur. À coté une seconde poutre. Le commandant me dit : « Vous voyez ce veau et cette poutre ? venez. » Il est calme comme je ne l’ai jamais vu. Il me surprend.