Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/170

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Esler a compris que Charles met du charbon à ma disposition.

Le lendemain l’officier de l’usine électrique vient me donner l’ordre d’aller chercher trois tombereaux de charbon à St Leger. Il me remet un laissez-passer, valable durant un mois, pour les trois conducteurs.

Quelques jours plus tard je rencontre cet officier dans la rue. Il est furieux : « Ce charbon est inutilisable. Il m’encombre. » L’officier oublie de me réclamer le laissez-passer.


Malgré les nombreux passages de troupes qui se succèdent sur le front depuis le début des tranchées, il reste encore un peu de mobilier dans le chateau d’Hendecourt les Ransart. Cette propriété appartient à la famille de Diesbach.

Nous avons vu plus haut, qu’au début de l’invasion, tout ce groupe