Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/164

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Cette mise en scène nous confirme que les allemands ne peuvent pas exiger notre signature d’adhésion. Avec tous les collègues de notre groupe, nous confirmons notre volonté ferme de ne pas émettre de bons, par conséquent de n’adhérer à aucun groupement.

À dix heures et demie, la scène est envahie par des officiers chamarrés d’or, de galons, de décorations. Il parait que le général en chef préside. Tous les fauteuils sont garnis.

Cette fois encore, le commandant « papiers » prend la parole. Il félicite les maires très nombreux qui ont compris l’utilité des bons Communaux, et les services que cet organisme peut rendre aux populations envahies. Il parait qu’il reste encore quelques retardataires… apres une